Image Map  
 

Fougueux et aventureux, ces artistes d'improvisation font des interprétations inspirées des bidonvilles de la «musique du monde», d'un ère dangereusement oublié. Avec leur répertoire yiddish gangster, Orkestar Kriminal a absorbé les hymnes Rebetika Mortika des tanières hachisch de l'underground grec des années 1930. Ils peuvent également s'exprimer en khmer, danois, russe, espagnol, français, le romani, le ladino, ou tout autres langues qui attire la "front-woman" polyglotte, Giselle Claudia Webber. Tant que la musique est entraînante et un peu louche, ils vont vous donner leur meilleur coup!